Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

OUAGADOUGOU - Le Trésor public ivoirien a décidé d'apurer une dette de 3,2 milliards de francs CFA (près de 4,9 millions d'euros) due à la Poste du Burkina Faso depuis plusieurs années, a annoncé lundi la radio nationale burkinabè.

La décision d'apurer la dette contractée par la Poste ivoirienne vis-à-vis de la Société nationale de postes (Sonapost, publique) a été communiquée la semaine dernière à Ouagadougou par le ministre ivoirien de l'Economie Charles Diby Koffi après une rencontre avec le Premier ministre burkinabè Tertius Zongo, a précisé la radio.

Le ministre burkinabè des Postes Noël Kaboré s'est réjoui de cette annonce, envisageant la reprise des échanges entre les postes des deux pays dans un "futur proche", a-t-on souligné.

"Dès que l'apurement est constaté et après une séance de travail technique entre les deux administrations, les opérations peuvent reprendre", a-t-il indiqué à la radio.

Selon le quotidien d'Etat Sidwaya, la Côte d'Ivoire a déjà payé 500 millions de FCFA (quelque 760.000 euros), la dette devant être soldée au plus tard le 15 février 2010.

Début 2000, la Poste burkinabè avait suspendu ses opérations avec la Côte d'Ivoire, faute de paiement.

Cette situation a affecté les transferts de près de 3 millions de Burkinabè vivant en Côte d'Ivoire, dont une grande majorité travaille dans des plantations de cacao, dont le pays est le premier producteur mondial.

 

Source : http://www.communication.gouv.ci/  du Mardi  05-01-2010

 

Décidément on connaissait l’expression régler ses comptes dans son sens le plus usuel. Mais grâce aux accords de Ouagadougou, la Côte d’ivoire tient vraiment à régler ses comptes avec l e Burkina Faso au figure comme au propre.  Après le règlement divergences politiques, couronné par un conseil de ministres conjoint entre les deux pays et en plus du fait que les retraités Burkinabés verront leur pension  payé par la CNPS (caisse nationale de prévoyance social), on serait amener à ce demander que cache réellement les accords politiques de Ouagadougou, ou que doit réellement la Côte d’ivoire au Burkina Faso. Car selon toute vraisemblance  les règlements financiers ont lieu officiellement dans un seul sens.  Peut-être que c’est le nouveau modèle d’intégration économique, s’il vous plait renseigner nous.

Tag(s) : #ECONOMIE

Partager cet article

Repost 0