Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Les experts en finances s’accordent pour dire que la vulgarisation de la monétique concourt à dynamiser le secteur bancaire en Afrique en général et en Côte d’ivoire en particulier. Selon ces experts la monétique est un outil de modernisation des moyens de paiement qui a pour conséquence logique la dynamisation du système bancaire.

La Côte d’ivoire qui représente  plus de 50% des activités économiques et industrielles de L'UEMOA et une  masse monétaire de près de 40% de la masse monétaire globale a abrité du 7au 9 avril 2010 dernier un le salon de UEMOA sur la monétique à l’immeuble CRAE-UEMOA, sis à Abidjan. Avec le réseau bancaire  le plus vaste de l’union, aussi bien en termes de nombre d’établissements, d’agences que de clients titulaires d’un compte bancaire la Côte d’ivoire se veut la locomotive de la monétique de l’Afrique de l’ouest.  Bien que le marché monétique de la Côte d’Ivoire soit  tout juste naissant et caractérisé par une absence d’interbancarité véritable entre les systèmes existants, ce pays dispose d’un potentiel pour les services monétiques  assez important. 

Au cours de ce salon il s’est agit pour les experts de réfléchir sur les voies et moyens pour  promouvoir l’interbancarité et la dématérialisation  sous toutes ses formes, les services et systèmes de paiement modernes liés aux cartes interbancaires. Il s’agissait également de montrer que le système bancaire ivoirien se porte bien et se modernise et peut  parfaitement s’intégrer au programme  ‘‘GIM UEMOA’’ initié par la BCEAO. De plus,  Le salon visait à promouvoir l’intégration économique et monétaire sous régionale, favorisée par la  carte GIM et les autres cartes interbancaires.  Pour Le conseiller spécial du ministre de l’Economie et des Finances, Beugré Yao Claude, la promotion de la monétique, de l’interbancarité et de la matérialisation est une chance à saisir dans le cadre de la relance des activités économiques après les années de crise. Il est convaincu que la monétique et l’interbancarité peuvent stimuler l’épargne intérieure. Le directeur national de la Bceao, Denis NGBE, a, pour sa part, insisté sur les avantages de la monétique pour tous.

En revanche si tous étaient d’accords que la monétique est une très ‘‘bonne chose pour  l’économie’’ il se pose le problème de sécurité pour ce nouvel outil bancaire. L’aspect sécuritaire était vraisemblablement  une point important du salon qu’a partagé le représentant du ministre de l’Economie et des Finances. Selon  lui, il faut «intégrer dans les schémas innovants, les dispositions requises pour lutter efficacement contre la criminalité financière, de plus en plus néfaste dans nos économies». Sans nulle doute que l’un des thèmes d’atelier a été débattu autour de cette question à travers des échanges sur «comment optimiser la sécurisation des transactions financières par cartes bancaires». Pour sa part, le directeur du Salon, Lucien AGBIA, espère pouvoir apporter sa contribution à l’essor de l’économie monétique en Côte d’Ivoire.

La monétique offre, c’est vrai, aux économies africaines et surtout à la Côte d’ivoire avec ses plus de 20 millions d’habitants, plus de vingt banques et établissements financiers et postaux, plus de 200 agences bancaires en dehors du réseau de la Caisse d’Epargne un nouvel élan à son économie, une nouvelle occasion de dynamiser le secteur bancaire. Pour des spécialistes de la question, cette réforme des systèmes de paiement qui comprend en bonne place la monétique s'inscrit notamment dans le cadre général de l'assainissement du système financier et de l'accélération du processus d'intégration économique régionale. 

 

Partager cette page

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :