Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Au lendemain de la tragique attaque terroriste que vient de subir la #Côtedivoire, une petite analyse s'impose.

Même si des similitudes existent avec les attaques de #Paris, de #Bamako et de #Ouagadougou, il faut reconnaître que ce jour-là ce n'est pas la Capitale économique qui a été touché. Contrairement à ce qu'on pouvait lire sur les alertes pondues par certaines Chanceliers occidentales mieux informées sur les activités terroristes dans le monde. Ces alertes de '' sources diplomatiques'' plaçaient #Abidjan et #Dakar sur la liste les cibles éventuelles en janvier dernier. En la réalité, ce sont les lieux de liberté, de loisir et de '' dépravation'' selon les Djihadistes et à forte concentration de ressortissants d'occidentaux dont les pays sont engagés dans une ''guerre'' contre le terrorisme qui constitue les bonnes cibles pour les Djihadistes. Et, donc logiquement en Côte d'Ivoire, Grand-Bassam et certaines petites localités de proches d'Abidjan étaient tous des cibles potentielles.

Grand-Bassam, ce choix n'est pas fortuit?

Station balnéaire, avec ses plages et ses somptueux hôtels, Grand-Bassam, site touristique par excellence, fut la première capitale de la Côte d’Ivoire. C’est un symbole de la resplendissante joie de vivre à l’ivoirienne qui attire des milliers de touristes chaque années. Frapper Grand-Bassam, n’était pas un pur hasard,  de surcroit un quartier historique au nom assez évocateur ; France. En effet, après le Gala de Children of Africa, il était prévisible que certaines personnes et personnalités (ivoiriennes ou étrangères) ne pouvaient finir ce bon week-end festif sans un bronzage à la plage. C'était le jour parfait et moment idéal, la canicule aidant, il aurait eu un grand nombre de personnes et de personnalités, de plus c'était un 13 du mois,.... Même si tous les ingrédients n'y étaient pas, il y en avait assez suffisamment pour créer ce cocktail explosif.  

Ainsi, Touché Grand-Bassam, c’est porté un sérieux coup à  l’industrie hôtelière et touristique en Côte d’Ivoire ; de vivre, le cœur de Grand-Bassam s’est arrêté de battre ce 13 mars 2016.

De la réaction des forces de sécurité….

Officiellement 6 terroristes ont été ‘‘neutralisés’’. Mais l’on ignore combien fussent-ils au départ. Si l’attaque n’est plus en cours, il faut rester tout au moins prudents d’autant plus qu’on ne sait encore rien sur l’identité réelle de ces assaillants. Vraisemblablement, la neutralisation des forces hostiles semble l’apanage des différentes forces spéciales. De plus en plus dans la réaction des forces spéciales il n’y a plus de place pour des terroristes surtout lorsque des forces françaises sont présentes sur lieux. Lorsqu’une alerte nous signalait la présence de forces françaises à Grand-Bassam, nous savions que les terroristes seraient sans doute ‘‘neutralisés’’. Car depuis un moment, les règles d’engagement des forces françaises sont claires en matière de ‘‘lutte’’ contre le terrorisme. (conf. ‘‘Les tueurs de la république’’ de Vincent Nouzille).   

 A la communication sur le drame.

Comme toujours ce sont les médias internationaux (F24, RFI..) qui ont donné l’alerte relayée sur les réseaux sociaux. Aussi tôt lancée une dynamique s’est installé dans la chaîne de transmission des informations. Des médias traditionnels aux médias sociaux, tous cherchaient à informer dès les premières heures. Enfin tous, sauf un ; la #RTI (Groupe media ivoirien), surtout la télévision pourtant passée de la chaîne des grands évènements à la chaîne du rassemblement. Heureusement que les ivoiriens que l’internet existe, sinon …

Par ailleurs, plusieurs autres points peuvent être abordés notamment, la question de sécurité en Côte d’Ivoire, insuffisance du Renseignement  et le paradoxe Barkhane. Barkhane, du nom de cette opération qui nous signalons à l’origine comme un cheval de Troie pour la sécurité en Afrique tant et si bien qu’il existe une très forte corrélation entre la montée djihadiste en Afrique de l’ouest depuis que cette force a pris officiellement ses quartiers en Afrique. (à lire ici). Mais ça, c’est une autre paire de manche.  

Pour rappel : #Paris (13/11/2015) #Bamako (20/11/2015) #Ouagadougou (15/01/2016) et #GrandBassam (13/03/2016), Depuis Paris tous les deux mois, un pays francophone de l’Afrique de l’Ouest a été touché. Pourquoi ?

CAPTURE

CAPTURE

Tag(s) : #INTELLIGENCE ECONOMIQUE, #PROSPECTIVE

Partager cet article

Repost 0