Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La côte d’ivoire n’est pas encore un grand pays producteur e de pétrole. Elle compte le devenir à l’horizon 2030 c’est-à-dire dans une  vingtaine d’années.  Du moins c’est la noble et grande ambition affichée par le Gouvernement d’Alassane Ouattara.  A travers un séminaire  national organisé ce jeudi et vendredi à Yamoussoukro sur le thème ‘’Mines et énergie : quelles perspectives pour les 20 prochaines années ?’’, la Côte d’Ivoire lance les réflexions en vue de devenir le plus grand marché des mines et de l’énergie de l’Afrique sub-saharienne.

 

La Côte d’ivoire, futur géant de l’énergie !

En donnant  le ton de ce séminaire organisé à la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix de Yamoussoukro, le Ministre des Mines et de l’Energie Adama Toungara n’a pas caché sa volonté de faire de la Côte d’Ivoire un leader sous-régional dans le domaine des mines, des hydrocarbures et de l’énergie. En annonçant le futur le rôle de la Côte d’ivoire en matière de production pétrolière et minière dans la sous région  le ministre n’a pas de mettre en évidence la trajectoire que prendra désormais la Côte d’Ivoire dans son ascension vers le développement. En effet, dit-il « Notre production de pétrole brut, hors gaz naturel, devra pouvoir passer de 50.000 barils/jour à plus de 200.000 barils/jour grâce à la reprise massive des forages d’exploration ».

Il s’agira pour la Côte d’ivoire, d’intensifier de manière substantielle l’exploitation des ressources minières, gazières et pétrolières pour en faire de réels pôles industriels ; mettre à disposition de l’énergie en quantité suffisante, de bonne qualité et à bon marché afin d’accélérer le développement social et économique des populations ; et enfin, développer des ressources humaines de qualité adaptées aux exigences des industriels de ces secteurs.

C’est une action de grande envergure sans doute que veut mener le gouvernement de Côte d’ivoire en organisant ce séminaire pour apporter des éléments de réponse essentiels à son émergence future. Il faut souligner que  le pétrole et l’énergie représentent aujourd’hui 08% du PIB du pays. Ainsi il faut passer de la production de 50.000 brils/jour en 200.000 barils pour se donner de l’importance au secteur du pétrole et de l’énergie. Dans cette perspective, le ministre a noté qu’aucune matière ne restera inexploitée en vue d’atteindre les objectifs fixés par le gouvernement. Sous l’air Ouattara les mines et l’énergie sont devenues des secteurs hautement stratégiques.

Et pourtant le sous-sol de la Côte d’ivoire était « pauvre »….

Ceci n’est ni une révélation encore un constat de  notre part. Il y a quelques années de cela c’est ce qu’on pouvait lire dans les livres de géographie, aux chapitres consacrés au sous-sol ivoirien. Sous le régime de Houphouët-Boigny, le pétrole et l’exploitation minière n’avait jamais été visiblement et publiquement considéré comme un secteur de premier de choix, puisque le sous-sol devrait être ‘‘pauvre’’. En clair, les importantes ressources minières découvertes dans le sous-sol ivoirien dans les années 1970 n'ont pas connu l’exploitation escomptée.

Il faut attendre jusqu’aux années 90, pour voir la Côte d’ivoire procéder à l’exploitation de certains forages en ce qui concerne le pétrole. Cette exploitation s’est intensifiée sous le régime de Laurent Gbagbo. Bien que n’étant pas proche de la production journalière des grands producteurs de pétrole, les recettes pétrolières ont bien mis du temps à figurer au poste recette dans l’élaboration des différents budgets depuis près d’une décennie.

Ainsi dans la construction d’un futur souhaitable, on peut considérer que le pétrole qui a jaillit ces dernières années en Côte d’ivoire, apporter les recettes nécessaires pour noyer un peu la pauvreté des populations ivoiriennes, restées trop longtemps en marge des retombées de ce secteur.

  

… mais elle sera leader de l’énergie de demain !

 

En se projetant sur le long terme, la Côte d’ivoire s’est vraisemblablement lancée dans un projet qui vise un positionnement stratégique. La réalisation de ce projet passe par un diagnostic sérieux de l’environnement minier et le secteur du pétrole.  Construire un futur souhaitable et réalisable suppose la prise en compte de tous les aspects nécessaires au développement du secteur des mines et de l’énergie. C’est sans doute dans ce contexte le séminaire de Yamoussoukro,  réunir plus de 600 experts nationaux et internationaux issus des secteurs des mines, des hydrocarbures et des énergies, de tous les continents. Ce séminaire représente l’opportunité pour la Côte d’ivoire de définir un plan prospectif pour les années à venir. L’avenir de ce pays s’écrira certainement avec l’or noir en plus de son fort potentiel agricole. Mais au-delà de toutes les expertises, peut-on garantir que le secteur minier et de l’énergie  liée au pétrole reste toujours une source fiable de recette face à la propension non moins importante des énergies alternatives ou renouvelables ?

 

Tag(s) : #PROSPECTIVE

Partager cet article

Repost 0