Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le territoire est un espace géographique, entendu comme une entité économique, sociale et  culturelle où interagissent l’ensemble des acteurs du développement  qu’ils soient des acteurs  gouvernementaux ou non gouvernementaux.  Ces dernières années, la notion de territoire se pratiquement au centre de plusieurs réflexions, notamment dans les domaines des sciences sociales. Ainsi en tant que organisation le territoire fait appel à  toutes les intelligences aussi diverses que variées  d’une communauté.

Le territoire dans forme la plus complexe se positionne comme une alternative face aux échecs récurrents rencontrés lors de lors de la mise en œuvre de politique de développement. Le territoire est un système dynamique complexe construit par une pluralité d’acteurs qui se situent dans des espaces proches (proximité géographique) et qui sont en interrelation grâce à certaines normes communes (proximité institutionnelle). C’est un système qui  s’autorégule et dont l’autonomie dépend de son identité, de son histoire et de sa propre dynamique, différente de celle des autres territoires.

Le territoire est devenu aujourd’hui un construit social qui englobe  toutes les sensibilités. C’est un espace socioéconomique où populations, décideurs locaux et professionnels du développement convergent vers une vision commune du développement et prospérité économique d’une localité donnée. Le territoire compris sous cette forme met en avant la prise en compte des aspirations et les opinions des populations qui le compose. Le territoire constitue une réponse annoncée aux difficultés qui mine le développement local.

On peut donc dire, dans une certaine proportion, que le territoire se positionne comme un acteur du développement.  En effet, depuis l’avènement  du paradigme ‘‘du développement par le bas’’ qui suppose la construction du développement à partir des besoins de la communauté,   le territoire est devenu le centre de gravité de cette nouvelle vision du développement. Cette nouvelle approche met ainsi fin aux soubresauts de cette vielle recette fondée sur des politiques élaborés dans des contextes loin de la réalité socioculturelle des populations  jugées bénéficiaires des projets de développement.  

Désormais le développement se conçoit en s’appuyant sur les besoins de la communauté regroupant elle-même l’ensemble des entités pouvant faire entendre leur voix. Par voie de conséquence, en supposant le territoire comme un acteur du développement l’on intègre également les principes de bonne gouvernance. Il s’agit  en l’occurrence  des principes qui prônent la participation de tous les acteurs ayant un intérêt quelconque dans une localité donnée.  Ces principes font également appel à une gestion rationnelle et efficace des ressources disponibles a priori en quantité limitée. Dans cette perspective, le territoire  progresse  vers une gestion qui annonce une transparence  certaine  en associant les populations aux différentes prises de décision.

Ainsi le territoire, à travers  le développement par le bas, devient un mode de gouvernance qui implique absolument toutes les sensibilités d’un espace géographique donné. Le territoire  devient dès lors une entité qui représente le mieux les aspirations de l’ensemble des ces habitants en garantissant la prise en compte de  leurs intérêts divers, variés et parfois complémentaires.

Dans un monde où l’intérêt du territoire est porté à sa plus haute considération, la conduite des affaires  publiques devient l’objet de tous sans exception, sans distinction et sans exclusion.

 

Tag(s) : #ECONOMIE

Partager cet article

Repost 0