Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le sujet de la gestion des fonds de la redevance télé est un débat qui interpele et préoccupe bon nombre de citoyens ivoiriens depuis fort longtemps.

Pour mieux cerner le problème il est nécessaire de remonter quelques années en arrière.

En Avril 1994 les parlementaires ivoiriens votaient une loi instaurant une taxe parafiscale. Cette taxe était destinée à financer la Radiodiffusion Télévision Ivoirienne (RTI) et était perçue dans les factures d’électricité.

Selon le recensement général de la population et de l’habitat, l’Institut national de Statistique(INS) dénombrait 1.300.000 ménages y compris les entreprises , les hôtels et autres organisations abonnés à la CIE, Compagnie Ivoirienne d’Électricité .

Dans un entretien accordé au magazine "Télénov@", dans son édition du mois de novembre 2008 qui traitait du sujet de la redevance télé, un responsable de la CIE révélait que « le pays compte officiellement un million d’abonnés à l’électricité ».

Initialement, le prix de cette redevance, prélevée sur les factures d'électricité, est en moyenne de 2000 francs CFA . Précisons que ces dernières sont envoyées tous les deux mois aux abonnés soit six factures dans l’année.
En d’autres termes un abonné paye en moyenne 12000 francs CFA par an. Ainsi, par un petit calcul, on se retrouve avec une somme annuelle d'environ 12 milliards de francs CFA, ne considérant que le nombre officiel d’abonnés. Rappelons que ces derniers ne bénéficient pas tous des privilèges de la réception de la RTI.
Douze milliards de francs pour une structure qui emploie environs 900 personnes et qui bénéficie d’autres entrées de fonds est une somme a priori raisonnable pour faire fonctionner normalement la RTI, société d’Etat en quête d'autonomie. Tout cela relèves d'étranges paradoxes en quête de réponse et d'éclaircissement.

Comment se fait-il alors que la RTI cumule officiellement plus de 9 milliards de dette fiscale et peine régulièrement à rémunérer ses employés ? Les recettes cumulées du groupe audiovisuel permettraient d’assurer son service d’utilité publique comme lui recommande sa vocation première. Malgré les multiples dons, les problèmes tant financiers que techniques persistes.

C’est pour essayer d’approfondir notre connaissance sur le sujet que nous nous interrogeons.

Existerait-il un conflit entre la RTI et la CIE à propos du versement de la redevance ? Peut on parler de mauvaise gestion de ces fonds ? A qui profite cette redevance ? la RTI peut –elle être autonome ?
Tag(s) : #ECONOMIE

Partager cet article

Repost 0