Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

‘‘OPERATION BARKHANE’’, UN VRAI CHEVAL DE TROIE POUR L'AFRIQUE !

Cet article a pour objet de permettre une compréhension de l’objectif militaire poursuivi par la France à travers cette présence massive, envahissante et permanente en Afrique. A l’aide d’une analyse prospective et un simple décryptage l’on peut se faire vraisemblablement se faire une idée de ce « ré-calibrage » militaire de la France en Afrique.

Avant de commencer, il est bon de savoir que….

Depuis la nuit des temps, avant même la canonisation du dollar comme moyen d’échange le plus privilégié de la planète, l’Afrique a toujours été la proie des occidentaux. De plus en plus terrain de jeu et laboratoire de l’occident, l’Afrique subit toute sorte d’expérimentations toutes aussi machiavéliques que perses.

Au cours de la dernière décennie, plusieurs États occidentaux en général, et la France en particulier ont procédé à de nouvelles orientations stratégiques de leurs présences en Afrique tout en prenant en considération les trois grandes composantes de leur survie : la protection de leurs intérêts économiques, la paupérisation prospective de l’Afrique et la présente militaire permanente en Afrique.

‘‘OPERATION BARKHANE’’, UN VRAI CHEVAL DE TROIE POUR L'AFRIQUE !

On ne change pas de stratégie.

Tout comme dans les débuts de la conquête en Afrique, l’occident prédateur n’a jamais vraiment lâché le morceau. Les rapports privilégiés entre pays colonisés et le ou les colonisateurs ont presque toujours tourné autour d’accords économiques et de coopérations militaires assez flous dont l’Afrique n’en tire pas souvent grande chose.

Bien que le futur n’ait cessé de s’améliorer pour la majeure partie du monde au cours des vingt dernières années, la récession globale actuelle a diminué le stock des ressources pour les prochaines années dans le monde. La moitié du monde semble vulnérable à l'instabilité sociale et à la violence, conséquences de l'augmentation et du prolongement potentiel du chômage lié à la récession autant qu’à plusieurs autres questions à plus long terme: la baisse des réserves d’eau et des ressources naturelles, de nourriture et d’énergie par personne; les effets cumulatifs du changement climatique et l’augmentation des migrations dues aux conditions politiques, environnementales et économiques.

Pour prévenir et corriger ces écarts, l’Occident tente une reconquête de l’Afrique, mais cette fois plus coopérative. La France dans sa noble ambition « de garantir la paix, à tout prix, en Afrique » semble filer du bon coton à travers un contrôle militaire totale de la « la Corne d’Afrique à la Guinée-Bissau ». Comment ?

Barkhane, une dune prenant la forme d’un croissant sous l’effet du vent.

Pour s’assurer une maitrise de totale de son pré-carré africaine et du Sahel, France s’invente l’opération « Barkhane » du nom d’une dune prenant la forme d’un croissant sous l’effet du vent, dont « l’objectif est essentiellement du contre-terrorisme » dans toute la région, selon les mots du Ministre français de la Défense.

Planifié depuis années, ce basculement militaire de la France au sahel, a pour but de faire face aux « risques majeurs de développement de jihadistes » dans cette zone « qui va de la Corne d’Afrique à la Guinée-Bissau ». Il s’agit sauf omission de notre part d’un dispositif militaire permanent dans toute cette région sahélo-saharienne.

Ce dispositif coordonné, dont le vrai objectif serait connu de la France et des alliés occidentaux, mis en place depuis Août 2014, représente une impressionnante force militaire capable de faire feu de bout contre n’importe quel système et/ou régime en Afrique. Forte à peu près de 3.000 militaires en tout, l’opération compte 20 hélicoptères, 200 véhicules blindés, 10 avions de transport tactique et stratégique, 6 avions de chasse et 3 drones.

De prime à bord, L'idée de cette "reconfiguration" des forces françaises en Afrique de l'ouest est de permettre des "interventions rapides et efficaces en cas de crise" en association avec les forces africaines, selon le Président français. En effet, en partenariat avec les cinq pays de la zone (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), il s'agit d'élargir à tout le Sahel l'action contre les mouvements jihadistes.

"Plutôt que d'avoir des bases lourdes et difficiles à manier en cas de crise, nous préférons avoir des installations qui peuvent être utilisées pour des interventions rapides et efficaces", avec un commandement unique, a expliqué François Hollande.

Si cette force ou cette opération peut avoir des avantages pour l’Afrique, il n’en demeure pas moins vrai que le sang de soldats français pourrait également couler comme les opérations turquoise, épervier, licorne, serval, etc. qui n’étaient que des prémisses à cette nouvelle force d’occupation en Afrique. Dès lors il faut comprendre que la finalité ce ‘‘sacrifice français’’ en Afrique ne serait pas seulement sécuritaire mais bien plus. L’enjeu économique et les intérêts financiers dégagent le vrai parfum cet important dispositif permanent.

Vue sous cet angle, Barkhane deviendrait un handicap pour les africains, comme un virus avec un programme malveillance que seule la France donc l’Occident aurait le contrôle.

une illustration des ressources naturelles et des enjeux en images( à parir d'une carte modifiée extraite de http://mecanoblog.wordpress.com)
une illustration des ressources naturelles et des enjeux en images( à parir d'une carte modifiée extraite de http://mecanoblog.wordpress.com)

Barkhane, le Cheval de Troie pour l’Afrique ?

Ce dispositif au cœur a tout l’air d’un vrai cadeau empoisonné pour l’Afrique en postulant que l’Afrique peut se défendre elle-même. En réalité on serait également tenté de se demander pourquoi la France ne soutiendrait-elle pas plutôt une force africaine, en Afrique ? Mais sauf que la France n’aurait pas vraiment le contrôle de la « lutte contre le terrorisme ».

Si Barkhane veut venir à bout du terrorisme en Afrique, l’opération peut faire vaciller le plus coopératif des régimes africains. Une larme à double tranchant, un vrai Cheval de Troie. Assimilé dans notre analyse à ce dangereux virus qui un programme informatique effectuant des opérations malicieuses à l'insu de l'utilisateur, Barkhane constituerait la nouvelle orientation stratégique de la France pour s’abreuve encore plus en Afrique, car c’est le temps de la moisson pour le loup, le retour sous forme d’anneau.

En ce qui concerne, le Cheval de Troie, selon légende narrée dans l'Iliade (de l'écrivain Homère) à propos du siège de la ville de Troie par les Grecs, la légende veut que les Grecs, n'arrivant pas à pénétrer dans les fortifications de la ville, eurent l'idée de donner en cadeau un énorme cheval de bois en offrande à la ville en abandonnant le siège.

Les troyens (peuple de la ville de Troie), apprécièrent cette offrande à priori inoffensive et la ramenèrent dans les murs de la ville. Cependant le cheval était rempli de soldats cachés qui s'empressèrent d'en sortir à la tombée de la nuit, alors que la ville entière était endormie, pour ouvrir les portes de la cité et en donner l'accès au reste de l'armée ...

En ‘‘remastérisant’’ cette légende dans les studios « Barkhane », on se rend bien compte que ce dispositif est une opération caché dans une autre qui exécute des commandes sournoises, et qui généralement donnerait un accès à total aux ressources en Afrique. A la façon du virus, le dispositif « Barkhane » est un code nuisible placé ou dans mis en place en Afrique. Imaginez la marge de manœuvre du commandement de cette opération. (Missions de reconnaissance, de collecte de données qui en réalité pourraient camouflées autre choses, etc.)

En secouant les magasins du Guide Libyen, les occidentaux savaient très bien qu’après la mort du Colonel Khadafi, la montée forte de djihadistes pourrait justifier leur présence, cette fois-ci permanente en Afrique, car la guerre contre le terroriste est très lente et très onéreuse. Les États-Unis en savent quelque chose.

Ainsi les crises successives et récentes que connait l’Afrique, on été la porte l’entrée du cadeau, Cheval de Troie de la France à l’Afrique, à travers le dispositif Barkhane, savamment concocté à partir de conclusions d’une analyse prospective globale mondiale 2040 du Ministère Français de la Défense.

Selon le document, baptisé « Horizons Stratégiques, Approches Régionales », on peut lire à la page 215, que « L’Afrique restera une zone de convoitises et de confrontations potentielles et une zone d’intérêt stratégique prioritaire pour la France. » En se basant sur certains signaux tels que […Le creusement des inégalités et l’instrumentalisation identitaire, en particulier dans des États fragiles, pourraient favoriser le développement de l’islamisme radical et de la menace terroriste (Sahel, Corne), dont la France constituera une cible particulière.], la France s’est arrogée le droit d’agir dans le seul but de garantir sa survie et partant celle des autres pays occidentaux.

Le décryptage de ce document montre bien que Barkhane est un Cheval de Troie, surtout que : « le développement de capacités européennes de prévention des conflits, auxquelles la France participe, constitue un enjeu majeur apte à répondre, dans une certaine mesure, au risque de multiplication des « zones grises », susceptibles de porter atteinte aux intérêts européens (terrorisme, trafics illégaux, etc. »).

Il devient dès lors important de retenir dans une perspective géostratégique que « l’opération Barkhane » a pour seule et unique ambition que d’assurer à la France, à l’Europe et aux occidentaux une main mise et totale sur cette région et partant sur l’Afrique face aux autres systèmes ou idéologies, pas toujours contre l’Afrique, mais concurrents ou ennemis pour les occidentaux soupçonnés de réduire les intérêts des occidentaux en Afrique. Alors une reconquête ''coopérative'' de l'Afrique à travers une lutte contre le terrorisme serait un bon prétexte pour avoir un accès illimité aux ressources de ce continent, sous l'oeil complice de plusieurs dirigeants et dynasties africaines.

Échec mais pas mat !

Certes le renouvellement de pseudo-accords de défense avec plusieurs pays africains partenaires confère à la France des responsabilités particulières en matière d’assistance, appelées à s’inscrire dans la durée peut signifier une victoire stratégique pour la France avec « Barkhane » mais il ne faut n’ont plus perdre de vue qu’en stratégie comme à la guerre un excès de ressources peut s’avérer être un handicap, autrement dit un Cheval de Troie peut être neutralisé !

Tag(s) : #PROSPECTIVE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :